Felix Wazekwa : « Si je meurs aujourd’hui il faudrait que mon corps retourne en Europe parce que j’ai déjà mon assurance…»

Déplorant l’organisation des obsèques en République démocratique du Congo lorsqu’un artiste musicien congolais meurt, le patron de « Cultur’A pays vie » Félix Wazekwa a déclaré, au cours de l’émission « Catalogue » diffusée sur Youtube, que s’il mourait aujourd’hui que le gouvernement ne se dérange pas pour débloquer un budget quelconque afin d’organiser des obsèques en sa mémoire. Tout ce que l’artiste demande, c’est que le gouvernement à ce-moment ne se charge du retour de sa dépouille en Europe, puisqu’il s’est déjà assuré.

Mokuwa Bongo a fait savoir à la chroniqueuse Nana Boduga qu’il s’est déjà organisé pour le programme de ses funérailles, en martelant sur la désolation qu’il observe autour des organisations des obsèques au Congo quand l’un de leurs tire sa révérence.

« Si je meurs aujourd’hui il faudrait que mon corps retourne en Europe parce que j’ai déjà mon assurance…Si l’Etat voudrait prévoir un budget pour l’organisation des obsèques pour moi, qu’il ne se charge que de l’achat d’un billet d’avion qui va ramener le corps, ça sera suffisant. Il n’y aura pas des cotisations pour moi. Mais si encore l’Etat voudrait me rendre hommage, il n’y aura pas de problème, parce que je me suis déjà bien préparé pour ça. Donc ni ma mère Catherine Katungu, moins encore mon frère Senghor iront dans les bureaux des autorités quelconques pour trouver des moyens », dit-il avant de renchérir : « C’est triste de voir ce qui se passe dans les obsèques », a-t-il regretté.

Signalons que cette prise de position intervient après le dossier du prétendu détournement des frais envoyés par le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka pour sa contribution à l’organisation des obsèques du feu Général de la musique congolais, François Lulendu Matumona dit Défao.

Hervé Kabwatila

Partager la publication