Marcelo Tunasi : « Le jour de votre mariage, vous dansez jusqu’à 04h sans vous fatiguer parce que vous avez tout fait avant le mariage… »

Le Pasteur principal de l’église « La Compassion », située à Kinshasa dans la commune de Limete, Marcello Jérémie TUNASI a délivré un message à ses fidèles sous le thème des faux raisonnements dans la culture actuelle congolaise.

L’homme de Dieu a profité de ce moment pour attiré l’attention des enfants de Dieu sur le péché de la débauche.

Selon l’homme de la Sanctification, les chrétiens actuels ont adoptés une mauvaise culture dans l’église, celle de se laisser aller à la débauche avant le mariage, alors que cela n’est pas permis dans les Saintes Ecritures.

« Les faux raisonnements empêchent notre transformation, ils empêchent le renouvellement de l’intelligence qui donne le cœur nouveau et une nouvelle mentalité. Voici un faux raisonnement qu’il y a dans notre coutume, parce que j’avais dit les faux raisonnements proviennent de la génétique de la culture, de la coutume, de l’instruction et même de la religion. Par exemple, il faut connaître ton partenaire sexuellement avant de l’épouser, comment tu vas épouser une femme que tu n’as pas goûté, comment tu vas épouser un homme tant que tu ne sais pas s’il fonctionne, comme si vous êtes devenus des goûteurs ou des gynécologues », déclare-t-il sur son compte tweeter ce vendredi 22 avril 2022.

Et d’ajouter : « Même à l’église, il y a des gens comme ça et voilà pourquoi vous avez des fiançailles pornographiques. Le jour de votre mariage vous dansez jusqu’à 04h sans vous fatiguer parce que vous avez tout fait avant le mariage. Quand on leur demande de s’embrasser, ils s’embrassent comme des professionnels parce qu’ils ont déjà tout fait, où est-ce que vous avez appris ça pour que le jour du mariage vous parveniez à bien le faire, tout ça c’est une culture que nous avons maintenant », interpelle-t-il

Enfin, le Pasteur Marcelo Tunasi encourage les enfants de Dieu à suivre l’intégralité du message sur sa chaine youtube pour bien comprendre toute sa portée.

Hervé Kabwatila

Partager la publication