FESCUF, l’unique couronne de la femme africaine se téléporte à Lubumbashi

Contrairement aux années antérieures, soit de 2018 à 2021, le festival culturel de la femme qui s’organise à Kisangani dans la province de la Tshopo aura lieu, cette année, à Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga.

Le Fescuf, l’unique activité majeure organisée en hommage à la femme de toutes catégories et couches sociales sera tenue le 25 mars à 18 heures dans la salle Maadini Hypnose.

La couronne téléportée

Quatre ans après la tenue du premier numéro de cette activité à Kisangani, soit en 2018, la couronne et ce trophée qui sont remis chaque année à une gagnante ne seront pas omis de la partie.

La finalité du Fescuf

Cette plateforme réunit chaque année les femmes autour d’une scène ambiante. Le but est de renforcer les liens entre femme dans l’optique de bannir les barrières sociales qui les différencient. Il s’agit de toutes les femmes de diverses classes sociales (Les fonctionnaires de l’Etat, les artisans, ménagère, maraîchère, entrepreneuse et autres ndlr).

Des activités supplémentaires

À part son combat contre le complexe de classes sociales, le Fescuf prend en charge 10 accouchements dans les zones reculées, ainsi que quelques kits de secours. Il prend notamment en charge la scolarité de 200 élèves dans une école identifiée à l’avance.

Le Fescuf vient aussi en aide aux orphelinats dans les milieux ruraux à cause des femmes décédées après l’accouchement. Cette plateforme procède notamment à l’autonomisation de la femme et accompagne quelques unes d’entre elles a des séances de formation en Coupe et couture, jardinage, ménage, ouvrière et bien d’autres métiers.

Fescuf, l’initiative d’une jeune entrepreneuse congolaise

img 20220304 wa0027
img 20220304 wa0027

Tout a commencé il y a quelques années, alors qu’elle n’avait que 26 ans, Evodie Tshimanga Ngalula, jeune entrepreneuse congolaise aura l’idée de créer un restaurant « Enzo Bar » à Kisangani. De fil en aiguille, elle développera cette idée pour finalement aboutir à l’organisation d’un festival. C’est ainsi que le Fescuf est né puis organisé pour la première fois en 2018. En dehors de son restaurant, elle détient aussi une boutique de pagne « Belle africaine by Enzo ». Pour les éditions de 2018 et 2019, Evodie Tshimanga a du soliciter, pour animer la soirée, la Cléopâtre Mbilia Bel et Barbara Kanam, deux chanteuses congolaises de renommée internationale. Cette fois-ci, cette fête sera agrémentée par Koffi Olomide, ambassadeur de la culture congolaise. Cette initiative impérieuse est non seulement à encourager mais aussi à pérenniser pour la promotion et l’épanouissement de la femme.

Partager la publication