Adolphe Muzito sur la crise du FCC-CACH: « Nous avons un monstre à la tête du pays, parce qu’il a choisi d’être président de la République par sa volonté »

Au cours d’une interview accordée à Marius Mahungu, ce jeudi 19 novembre, l’opposant Adolphe Muzito s’est exprimé sur la crise qui se vit au sein de la coalition FCC-CACH.

Le premier ministre honoraire révèle que Félix Tshisekedi n’est pas un président, selon la volonté du peuple congolais, mais plutôt la sienne.

« Nous avons un monstre à la tête du pays parce qu’il a choisi d’être président de la République par la volonté. », a martelé Adolphe Muzito.

En vue de mettre fin à la crise politique actuelle, le chef de l’État Félix Tshisekedi a entamé une série de consultations, afin de trouver des voies et moyens de sortie pour aboutir à une « Union sacrée pour la nation ».

Plusieurs personnalités politiques du pays et de la société civile prennent part à ces assises initiées par Félix Tshisekedi. Parmi les absents à ces pourparlers politiques, les deux opposants de la coalition « Lamuka », Martin Fayulu et Adolphe Muzito, qui ont refusé de participer sous prétexte que Félix Tshisekedi n’est pas légitime, et c’est le « soldat du peuple » entendu Martin Fayulu, qui a une solution fiable pour cette sortie de crise.

Cependant, Adolphe Muzito et Martin Fayulu se sont toujours montrés très critiques à l’égard de Félix Tshisekedi. Ils ont à maintes reprises crié à l’illégitimité de Félix Tshisekedi comme chef de l’État. Contrairement à leurs deux camarades au sein de Lamuka, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, qui semblent faire une opposition républicaine à l’endroit de l’actuel régime au pouvoir.

Hervé Kabwatila

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :